Notre offre de végétalisation

Ø La membrane EPDM est compatible avec la végétalisation d’une toiture.

 
Ø La végétalisation apporte de nombreux avantages à un bâtiment.
 
• L’esthétique : c’est un moyen simple et économique d’embellir une toiture.
• La protection du bâti : la végétalisation améliore le confort l’été. Elle accroît donc la protection phonique et protège l’étanchéité des agressions climatiques.
• Le gain économique : la végétalisation diminue les besoins en chauffage l’hiver et en climatisation l’été. Cela en assurant par ailleurs une isolation supplémentaire.
• L’impact écologique : la végétalisation régule les eaux de pluie et limite l’engorgement des réseaux. Elle libère grâce à cela de l’oxygène et capture les poussières.
• La végétalisation contribue actuellement à la démarche Haute Qualité Environnementale.
 
Ø Nous proposons 2 procédés de Végétalisation.
Documentation sur la Végétalisation

Ø Rouleaux pré-végétalisés : un tapis prêt à l’emploi et à rendu immédiat. Ces rouleaux sont donc constitués d’une sélection de sédums et petites plantes enracinés. Dans un textile 100% naturel biodégradable. Ces rouleaux sont par la suite posés sur un substrat drainant qui assure une végétalisation immédiate. Le Bac avec sa réserve d’eau accroît durablement la rétention d’eau de pluie. Il se pose directement sur l’étanchéité des toitures plates ainsi qu’en faible pente. Ses attaches latérales permettent une pose rapide et simple.
 
Ø Bac prévégétalisé : Le bac prévégétalisé est une solution technique 4 couches conçue pour assurer stabilité et préservation du couvert végétal dans le temps. C’est la seule solution « tout-en-un » sous Avis Technique. Composé de différentes variétés de sedum, le bac prévégétalisé offre un couvert végétal tapissant. Sa couleur évolue du vert à l’ocre et au rouge selon les saisons.
 
 
 
 
 
 
 

La notion de végétalisation (ou revégétalisation) décrit :

La notion de végétalisation (ou revégétalisation) décrit :


  • Un processus volontaire de replantation et de reconstruction du sol des terrains perturbés par l’homme ou à la suite d’une catastrophe naturelle.
  • On parle aussi de végétalisation des toitures et terrasses dans l’architecture (notamment dans le cadre de la HQE (Haute qualité environnementale)), voire de végétalisation des murs.

Qu’est ce que la végétalisation ?

Il peut s’agir de simples plantations, ou bien d’un processus plus complexe de « génie écologique ». Visant à accélérer les processus naturels. Par exemple pour réparer les atteintes portées à un paysage à la suite d’un incendie ou d’une pollution. Ou bien d’une exploitation minière, d’inondations ou d’un glissement de terrain. Ou encore de coulées de boue, d’une agriculture intensive ayant conduit à des phénomènes de semelle de labour, de désertification ou de salinisation, etc.

Les premières opération de végétalisation consistaient généralement à épandre des semences. Et parfois des engrais (synthétiques ou naturels) en surface des terrains à traiter.

Des techniques plus complexes (génie écologique) et parfois nouvelles comme le bois raméal fragmenté (BRF) sont expérimentées. Par exemple pour lutter contre l’érosion. Ainsi que des techniques s’apparentant à des « greffes de sol » ou « greffes de berges ». Très efficaces pour la restauration rapide de berges, de pente et de zones humides. Des mélanges adaptés de graines et de champignons et bactéries peuvent être projetés avec une colle biodégradable sur des parois (falaises de carrières ou chantiers, bermes routières ou de voies ferrées, etc.). Afin d’opérer leur recolonisation accélérée par la végétation. Le néobocage ou les bandes enherbées font partie des techniques encouragées par l’Europe. Et cela dans le cadre des Mesures agro-environnementales.