Bâche EPDM :

Documentation commerciale   Catalogue produits    Guide de pose    Fiches techniques/Fiches de données de sécurité

L’étanchéité d’une toiture a pour but d’éviter les infiltrations d’eau qui peuvent dégrader la structure du bâti et les aménagements intérieurs (isolants, peintures, équipements électriques..)

L’étanchéité doit être réalisée avec des matériaux de qualité et par des professionnels formés pour garantir une solution performante et durable (membrane, bâches EPDM…).

La bâche EPDM commercialisée par EPDM  France est une bâche de qualité monocouche posée à froid avec un nombre limité de joints et raccords. Vous pouvez télécharger les documents techniques de référence de cette membrane d’étanchéité.

Documentation Etanchéité

Cahier des clauses techniques

Avis technique et sa prorogation

Guide mise en oeuvre

La bâches EPDM présentent de nombreux avantages.

Une durée de vie de plus de 50 ans :

Les premiers toits couverts il y a plus de 50 ans avec une bâche EPDM sont toujours étanches, sans maintenance particulière.

Simple et rapide de mise en œuvre :

La bâche EPDM est livrée en rouleaux de grandes largeurs ce qui limite le nombre de joints.

Une pose à froid :

Soit par collage, lestage ou fixation mécanique. Pas de flamme, donc pas de risque d’incendie surtout sur les structures en bois.

Un produit :

élastique :

La bâche EPDM a une capacité d’allongement de 400%. Ce lui permet de s’adapter aux mouvements du support et aux fortes dilatations.

résistant :

L’EPDM est un matériau qui résiste aux conditions extrêmes et supporte des températures de -50 à +130°C.

léger :

1,3kg/m² à comparer aux 6kG/m² du bitume, ce qui lui confère de nombreux avantages pour les travaux de rénovation de toitures sur charpentes métalliques notamment.

polyvalent et inerte :

La stabilité chimique de l’EPDM permet de le poser sur tous supports : isolation, béton, acier, bois, ancienne étanchéité…

avec un bon classement au feu :

La bâche EPDM est auto-extinguible et ne dégage aucun gaz toxique en cas de combustion (BRoofT1).

avec un faible impact environnemental

Éco responsable :

La bâche EPDM est neutre. Ce qui permet une récupération et une utilisation des eaux pluviales à des fins domestiques

Nous livrons les bâches EPDM :

Épaisseur de 1,20 ou 1,52mm,

Version standard ou renforcée,

Version sans ou avec un joint prétape.

Rouleaux de 30,5 m, ou 61 m sur commande ou à la découpe.

Noir couleur standard ou en blanc sur commande.

Largeur de 2,28m – 3,05m – 4,57m – 5,08m – 6,10m – 7,62m – 9,15m – 12,20m – 15,25m

Nos experts techniques sauront vous conseiller le produit le plus adaptés à vos contraintes d’applications, de temps et de budget.

Pour plus de renseignement contactez nous ou consulter notre catalogue produit. : une longue durée de vie et un recyclage possible à 100% 

Pour optimiser l’étanchéité d’un projet aquatique comme un bassin ou une mare, faites recours à la bâche EPDM. Avec ce produit, résistance et flexibilité sont au rendez-vous. Pose, collage ou encore conditionnement du terrain, le tout dans notre article.

Mais pour un guide complet et approfondi concernant la pose, nous vous conseillons ce tutoriel de la pose d’une bache EPDM.

L’EPDM et la bâche EPDM, qu’est-ce que c’est ?

Commercialisé depuis 1996 par EPDM France, la bâche EPDM s’emploie dans différentes catégories de conceptions. Ce sigle est le diminutif d’éthylènepropylènediène monomère. Autrement dit, il s’agit de caoutchouc synthétique très résistant et facile à manipuler. Rencontré également dans les entreprises de construction, il offre une solution performante pour l’étanchéité des fenêtres, ou des plates-formes comme les toitures plates.

Aujourd’hui, ce type de matériaux trouve son importance dans la fabrication d’une bâche EPDM. Il est au point de devenir le principal élément de sa conception, au grand dam des PVC et TPO. La bâche EPDM se vend normalement au mètre carré ou en mètre linéaire. Quoi qu’il en soit, cette bâche EPDM de qualité est sans aucun doute un choix meilleur. Grâce à sa durabilité et sa solidité. En général, d’une épaisseur de 1mm, ce type de bâche possède plusieurs gammes de dimension disponibles en stock. Cela peut être de 4, 6, 9.15, 12.20 ou encore de 15.25 m. Elle peut se présenter suivant un poids de 1.17 kg par mètre carré.

Pourquoi ce choix

On fait appel à une bâche EPDM pour optimiser l’étanchéité d’un chantier aquatique. Cela peut être un projet de conception de bassin, de jardin ou d’étang.

Très souple, ce type de bâche s’adapte parfaitement à la forme du support préparé préalablement. Ne nécessitant aucune connaissance spéciale, il semble très simple de coller ou de souder chaque bande de bâche EPDM. On peut en conclure donc que la dimension est assez vaste, allant de 15 m de largeur et de 61 m de longueur. Grâce à cette caractéristique, il peut se réparer très facilement, en cas de problème.

Une élasticité supérieure à 350 % et une résistance à l’estampillage et aux ultra-violets accrue lui permettent de durer jusqu’à 70 ans. Chaque mètre carré de l’EPDM peut supporter une charge de 220 tonnes. Une bâche EPDM âgée de 20 ans démontrait encore une flexibilité de 150 %.

Quelques précautions avant la pose d’une bâche EPDM

Avant de commencer la pose, une préparation rigoureuse du support s’avère indispensable. Cela conditionne sa longévité. Il faut tout d’abord que le terrain soit d’une surface uniforme et propre. Aucune aspérité agressive ne doit s’y trouver. On doit se débarrasser totalement des petits cailloux dont la dimension est supérieure à 5 mm. On doit régulariser et compacter le fond et les parois. La densité doit se situer entre 85 et 95 % de l’Optimum Proctor.

Dans le cas où le sol démontre des risques,  des obstacles comme des roches très effilés, il est nécessaire de recourir à quelques techniques. En premier lieu, l’usage d’un feutre géotextile anti-poinçonnement s’avère envisageable puis de rajouter une couche de sable, en vue de mieux protéger la bâche EPDM.

Un certain laps de temps peut s’écouler entre la mise en place de la bâche et les travaux de terrassement. Des végétaux peuvent poindre de la terre et couvrir la fosse en entier. De ce fait, il y a lieu de désherber l’excavation. Cela permet d’éviter que des gaz se dégagent, lors de la putréfaction de la végétation.

Pour le cas d’un support rigide tel que le béton, il s’avère indispensable de placer un géotextile 300 g/m2. Cela permet de protéger la bâche contre les frottements. Cette technique est applicable pour une surface bitumeuse.

On n’exige pas une couche drainante dans la mesure où la porosité dépasse le 10-4 m/s. On la conseille vivement, si le sol présente des risques d’érosion, ou si des matières organiques sont présentes sous la bâche. Puis, il faut penser à en réaliser aussi si la pente est constituée d’argile. D’une part la réalisation de cette couche est aussi très importante dans le cas où une nappe d’eau souterraine est proche du fond. Et d’autre part, elle est exigée si on juge que la membrane peut être soulevée par un vent fort.

Les démarches à suivre lors de la pose d’une bâche EPDM

Il est très important de prendre des dispositions nécessaires, dès son transport. Et surtout lors de sa manutention. Il faut veiller principalement à ce que la bâche EPDM ne se perfore pas. Les rouleaux doivent se disposer sur une surface horizontale, sans rugosité et exempte de salissures. Avoir une plante à proximité d’une conception en bâche peut entraîner la formation de boues et  ses racines peuvent accélérer sa déchirure.

Les rouleaux peuvent se dérouler et se déplier, une fois le canal et le feutre de protection mis en place. Ils se débobinent dans le sens de la pente, c’est-à-dire en entamant par la partie supérieure. Les cailloux effilés ne doivent en aucun cas se trouver entre la bâche EPDM et le feutre. On doit également éviter que des plis apparaîssent. Il faut se garder de glisser la membrane et de la décaler par ballotement.

Pour le cas d’un bassin de taille réduite, il faut veiller à ce qu’une partie de la bâche excède. Ensuite, on doit la lester pour empêcher tout glissement à l’intérieur de l’excavation. Enfin, on doit laisser la membrane pendant une trentaine de minutes avant de continuer l’opération. Un ancrage provisoire se fera à l’aide d’une tranchée de 40×40 cm. Un ancrage en tête ou un enrochement servira de fixation définitive.

Et s’il faut passer au collage ?

Il peut y avoir des moments où l’assemblage de deux bâches EPDM se requiert. Pour réussir un bon collage, il est important de savoir comment y  procéder.

Pour commencer, il faut éviter de se précipiter, ensuite passez au traçage de la bâche du dessous. On doit faire un trait à chaque espace de 1 m et  15 cm de l’extrémité. En d’autres termes, la bâche supérieure doit excéder celle d’en dessous, de 15 cm.

Aligner le bord de la bâche EPDM du dessus, sur les traits. Après l’avoir bien positionné, tracez sur celle du dessous, une ligne tous les 30 cm. Chacune doit se trouver à 1 cm de l’extrémité à celle du dessus. Ces traits permettront de positionner le joint d’étanchéité avec exactitude.

Il faut replier la bâche supérieure sur elle-même. Toutefois, il est important qu’elle recouvre celle du dessous, d’environ 2 cm. Ensuite, il faut tracer une ligne sur tous les mètres, et ce, à l’intérieur du pli de celle de dessus. Ceci nous servira à maintenir la membrane en place lors d’éventuelles rafales.

Il faut tremper le tampon dans un QuickPrime Plus qui est une sorte de primaire d’adhérence. Ensuite, il faut enduire une partie de la bâche supérieure, avec ce produit. Il faut commencer par le bord supérieur et faire des allers-retours, en appuyant très fort.

Faire sécher le primaire. Lorsqu’il est sec, placer le rouleau de joint sur la 3e marque (marque de 30 cm). L’extrémité du rouleau face à vous à l’intérieur des marques et juste contre la marque. Il faut le dérouler jusqu’au bord de la bâche et le faire dépasser d’un petit centimètre.

Avec la main, poser le joint sur l’extrémité de la bâche EPDM vers le rouleau. Déplacer ensuite le rouleau de trois marques plus loin et placer le joint. Il faut répéter cette opération jusqu’à la fin de la pose.